Le cèdre du Liban Héritage «1803»

Cèdre du Liban « Héritage 1803 »

« Héritage 1803 »
Arbre remarquable – Trésor historique de la Baie de Somme

Ce cèdre du Liban fut planté devant le Château du Romerel en 1803 en l’honneur des victoires de Napoléon Bonaparte – Premier Consul

Vérifier les disponibilités

En savoir plus

Cèdre du Liban (Pinacées)

Cedrus Libani ou « Arbre du Seigneur »

Histoire Origines Croyances

Introduit en France par Bernard de Jussieu en 1734 le premier spécimen est planté au jardin des Plantes à Paris.
Les anciens considéraient le cèdre comme symbole de l’immortalité. Les égyptiens employaient son bois, imputrescible et odorant, à la fabrication des statues des dieux. Ils lui attribuaient aussi une propriété divinatoire. Les Asiatiques lui vouent une vénération séculaire. En Chine, il est planté dans les enclos sacrés. Au Japon, il s’élève traditionnellement dans l’enceinte des sanctuaires.
Le cèdre du Liban grâce à noblesse et longévité, le prédispose à jouer un rôle symbolique.
Au XVIIIe siècle, le cèdre du Liban devint l’ornement obligé des parcs. Joséphine de Beauharnais, à la nouvelle de la victoire de Marengo, planta un cèdre à la Malmaison qui y vit encore.

Lamartine en 1833 écrit : « ces arbres sont les monuments les plus célèbres de l’univers. La religion, la poésie et l’histoire les ont également consacrés… Les Hommes ont une vénération traditionnelle pour ces arbres; ils leur attribuent, non seulement une force végétative qui les fait vivre éternellement, mais encore une âme qui leur fait donner des signes de sagesse, de précision, semblables à ceux de l’instinct chez les animaux… Ce sont des êtres divins sous la forme d’arbres… Ils savent l’histoire de la terre, mieux que l’histoire elle-même.

Floraison : septembre. Les fleurs sont dressées, les mâles sont bleu-vert devenant jaunes en s’ouvrant, les femelles sont vertes, en groupe séparés sur la même plante, à l’automne (libérant du pollen jaune)

Fructification : fruit : cône dressé de 12 cm de long, ovoïde cylindrique pourpre-brun et brun à maturité, mûr en 2-3 ans qui se désarticule sur l’arbre

Taille : de 25 à 40 mètres de haut à feuilles persistantes. Les feuilles de 4 cm de long, sont en rosettes denses, vert à gris-vert. L’extrémité des rameaux pend nettement. L’écorce gris-foncé se craquelle verticalement en vieillissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *